Avertir le modérateur

15/10/2011

Hemingway, son ambiguité sexuelle et son machisme

250px-ErnestHemingway.jpgA lire: l'op-ed de dans le New York Times cette semaine, et intitulé: «Un Adieu au Macho», le Macho étant Hemingway. L'article explique que l'on ne devrait plus s'empêcher de lire Hemingway au nom de sa prétendue misogynie. Car si les livres de l'auteur de Paris est une fête sont emplis de femmes démoniaques (même quand ce sont elles qui sont trompées et délaissées par le héros), Hemingway n'est pas macho: il avait au contraire une sensibilité toute féminine dont il avait honte. Qu'il cachait sous un masque de macho. CQFD. WTF.

Paul Hendrickson, auteur d'un livre sur Hemingway, estime ainsi qu'Hemingway se savait détenteur «de quelque chose de si sensible, un diapason émotionnel si subtil, que c'est presque comme s'il en avait honte, et il se comportait donc de la manière la plus virile possible.» Selon Hendrickon (dont la pensée est retranscrite dans l'article du New York Times) Hemingway ne se montrait macho que pour dissimuler «une ambiguité sexuelle qui le torturait».

Cela se corse lorsque Maureen Dowd explique que la mère détestée, Grace, qui avait élevé Ernest comme sa soeur, avec des petits bonnets et vêtements de fille, lui avait refilé une «confusion sexuelle». Sans compter que l'un des fils de l'écrivain «transexuel et hétérosexuel, et qui se faisait parfois appeler Gloria Hemingway» aurait hérité des complexes de son père. La journaliste cite Hendrickson denouveau: «Je crois que le fils extériorisait d'une certaine manière les ambiguités sexuelles du père».

Ou alors l'excuse est risible, Hemingway macho quoi qu'il en soit. Et ses romans fabuleux quoi qu'il en soit.

A Farewell to macho - Maureen Dowd, NYT.

23:34 Publié dans ailleurs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ernest hemingway |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

27/09/2011

Lire un classique en une minute

Les livres c'est chouette mais c'est long. Le site américain Book-A-Minute a condensé une série de chefs d'oeuvres que vous n'avez jamais eu le temps (ou l'envie soyons honnêtes) de lire.

 

Exemple: Le Soleil se lève aussi, d'Ernest Hemingway.

ref

 

 

Jack Barnes, narrateur: «C'était en Europe, après la guerre. Nous étions déprimés. Nous buvions beaucoup. Nous étions quand même déprimés».

 

 

 

 

Autre exemple: Gatsby le Magnifique, de Francis Scott Fitzegrald. 

ref=cm_ciu_pdp_images_1.jpgGatsby: Daisy, I made all this money for you, because I love you.

Daisy: I cannot reciprocate, because I represent the American Dream.
Gatsby: Now I must die, because I also represent the American Dream.
(Gatsby DIES.)
Nick: I hate New Yorkers.
THE END 

 

 

 

Un petit dernier pour la route (en anglais encore) Orgeuil et Préjugés, de Jane Austen

517MME1MYSL.jpgMr. Darcy Nothing is good enough for me.

Ms. Elizabeth Bennet I could never marry that proud man.

(They change their minds.) THE END

 

 

 

 

Le site, très laid mais très drôle, est ici.

15:24 Publié dans ailleurs | Lien permanent | Commentaires (3) |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

25/09/2011

Oscar se la coulant douce

oscar.jpg

«Oscar Wilde se la coulant douce à Dublin. Sculpture de Danny Osborne, 1997» Le site Flavorwire a répértorié les statues d'écrivains les plus chouettes. Ici.

15:48 Publié dans ailleurs | Lien permanent | Commentaires (1) |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu