Avertir le modérateur

20/02/2011

Et si les super-héros ne pouvaient plus bander?

mancassola.jpgImaginez un monde dans lequel Batman, ayant fini de coucher avec Robin, s'est lassé de ce partenaire de jeu, trop docile. Lifté, il s'est mué en fétichiste, se tartinant de lotion hydratante et s'arrachant les poils blancs. Il invite chez lui de jeunes femmes qu'il regarde se laver les mains, encore et encore. Puis se fait fist-fucker. Et un beau jour, se fait assassiner.

Voir tomber les idoles

Bienvenue dans le monde jubilatoire de La Vie sexuelle des super-héros. Marco Mancassola, l'auteur, ne manque pas d'air. Des héros de comics, il a fait des hommes vieillissant, au bord de l'impuissance. Regarder Mister Fantastic se morfondre d'amour pour une jeune arriviste, Mystique en animatrice télé, Superman atteint de rhumatismes, c'est la volupté qu'il y a à arracher les cheveux de ses poupées, à toucher les yeux des escargots pour qu'ils rentrent dans leur coquille. C'est délicieux.

«Je ne sais plus exactement comment l'idée m'est venue, mais le fait de prendre des figures fictives et de les rendre très réalistes, m'a toujours plu, explique Mancassola. Prendre des figures qui n'existent que dans notre imaginaire, et leur donner chair, leur donner une douleur et une sexualité... J'ai pris les contours externes des personnages: les noms, leurs superpouvoirs, pour que les gens sachent de qui je parlais. Mais je les ai vidés et j'y ai mis tout ce dont j'avais envie. Je me rends compte que j'ai été assez irrévérencieux.»

 

Et cela les rapproche de nous, ces surhommes et ces surfemmes*. Un peu comme voir Siena Miller se faire tromper par Jude Law. On est tous humains, vous voyez l'idée?

L'impuissance des super-héros et des Etats-Unis

Mais à cette délectation, se mélange une immense mélancolie. Celle d'ouvrir une fenêtre sur un monde devenu triste, sur celui de la gloire déchue. Les héros n'existent plus, restent les ruines et l'angoisse. Métaphore, simple mais efficace, de la situation des Etats-Unis. Ces héros qui ne bandent plus, impuissants, c'est l'Amérique impuissante. Ces super-héros victimes d'assassins fanatiques (car Batman n'est pas le seul à se faire assassiner), c'est l'Amérique face au terrorisme.

New York même - surtout - a changé. «Autrefois, c'était le centre du monde: un bouquet de tiges en béton plantées dans le granit, un dédale de rues dont les bouches d'égouts dégageaient en permanence la vapeur du rêve.» Désormais elle est amputée.


Red Richards du côté de chez Proust

La mélancolie est telle que la tonalité du roman tire plus du côté des écrivains intimistes que celle des auteurs de comics. «Je ne suis pas certain que les autres démarches qui se rapprochent de la mienne, comme Watchmen qui parodiait aussi des super-héros, m'aient vraiment influencés. C'est vraiment autre chose que j'ai voulu faire. Par exemple, pour moi, Mister Fantastic est un croisement entre les personnages que je connaissais, et Proust, dans l'obsession de l'objet amoureux, la jalousie. Quand j'écrivais Batman, je pensais à Bret Easton Ellis. Quand j'écrivais Mystique, à Philip Roth, qui restitue avec tellement de force le vieillissement, les interrogations sur la sexualité...» Ce roman, thriller, parodie, hommage, est un ovni crépusculaire.

* (Word ne corrige pas surhomme mais surfemme. Word est sexiste)

LA B.O. DU LIVRE


Janis Joplin - Summertime (Live Grona Lund 1969)

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu