Avertir le modérateur

20/12/2010

Une famille à la page pour Noël

(Et tout sur les goûts littéraires de ma famille)

ponti_couv.JPG

 

Une des raisons pour lesquelles Noël c'est génial (hormis le sapin, et le chocolat, et les jours de congés) c'est que vous allez avoir le temps de lire. Et votre famille aussi. Et du coup vous allez leur offrir des livres. La question, évidemment, c'est : lesquels? Voici la liste très personnelle de ce que je vais offrir à ma famille (je peux vous dévoiler parce que ma famille ne lit pas mon blog, parce qu'Internet, les ordinateurs, tout ça, c'est un peu compliqué pour eux).

 

roth.jpgPour Papa

Je vais lui offrir Indignation, de Philip Roth.

Philip Roth, c'est à peu près toujours génial, et celui-ci se lit particulièrement vite, et facilement. Ce qui est important parce que mon père travaille beaucoup, il est fatigué. Si je lui offre un essai, il y a des chances qu'il reste sur sa table de nuit (sauf si ça parle de justice, de droit, d'avocats, parce qu'il est avocat).

Indignation est surtout drôle - et offrir des livres déprimants, ce n'est pas très esprit-de-noël. Nous en sommes en 1951, les forces américaines sont engagées en Corée, Marcus Messner, fils de boucher casher, s'apprête à prendre son envol. Et à se faire tuer en Corée. (Je ne dévoile rien, on le sait très vite). Le livre raconte comment Marcus, qui voulait simplement avoir des bonnes notes à l'université, a fini sur le champ de bataille, et comment il a eu sa première fellation, ses premières rébellions, ses angoisses maladives. L'humour et le rythme rappellent Portnoy et son complexe.

PS: J'ai rencontré un type dans un aéroport en septembre, qui avait été masseur en Inde et partait être instit à Buenos Aires. Il avait adoré le livre. Donc si votre père n'est ni juif ni avocat, mais masseur ou instit, ça marche aussi.

 

Purge_Sofi_Oksanen.jpgPour Maman

Ma mère adore la littérature étrangère, elle adore apprendre des choses, et elle lit beaucoup de livres sur des histoires obscures qui se sont passées dans des pays obscurs, dans des années dont on ne se souvient même pas. Je me suis dit que Purge, de Sofi Oksanen, c'était parfait pour elle.

Le livre est très beau, la richesse du langage est assez impressionnante - et très rafraichissante. Ca fait du bien de lire des phrases qui n'existent nulle part ailleurs. Comme celle-ci: «Mais maintenant qu'il y avait dans sa cuisine une fille qui dégoulinait de peur par tous les pores sur sa toile cirée, elle était incapable de la chasser de la main comme elle aurait dû le faire, elle la laissait s'insinuer entre le papier peint et la vieille colle dans les fentes laissées par des photos cachées puis retirées.»

C'est beau non?

Donc Purge, c'est l'histoire d'une jeune femme qui débarque chez une vieille femme, en 1992, en Estonie. La jeune a les bas filés et un passé - récent - de prostituée. La vieille vit terrée dans sa maison, et terrés dans sa mémoire ses souvenirs sont aussi marqués par la violence des hommes. Ensuite s'entremêlent les questions d'histoire, de résistance, de collaboration, et d'oppression. C'est vrai que ça ne rentre pas tout à fait dans la catégorie esprit-de-Noël... Mais c'est très très beau.

 

positiondutireurcouche_tardi_manchette.jpgPour ma soeur Pauline (26 ans)

Pauline est fan de polars, et fan de BD. C'est un peu comme si Futuropolis (l'éditeur) avait pensé précisément à ma sœur en publiant La position du tireur couché. Tardi a adapté ce roman de l'auteur de polars Jean-Patrick Manchette. Il avait déjà adapté Le petit bleu de la côte ouest, il a récidivé.

Je vous présente Martin Terrier, futur ex-tueur à gages. Tardi vous fait vivre le passage de «futur»  à «ex» - passage qui ne se déroule pas exactement comme prévu.

Le dessinateur est plutôt bien placé pour adapter Manchette, ils étaient copains et ils avaient déjà travaillé ensemble. Et puis Tardi, c'est quand-même le type capable d'adapter Céline en BD, de choisir les meilleurs auteurs, de préserver la substantifique moelle, le jus, l'odeur de la poudre, le goût du glauque. C'est chouette comme cadeau.

PS: J'avoue avoir quitté l'esprit de Noël. Si j'avais voulu m'y tenir, j'aurais pu lui offrir Fragments, de Marilyn Monroe. Je trouve une ressemblance entre ma sœur et Marilyn. Le livre rassemble ses écrits intimes, sa correspondance, ses carnets. C'est très joli sur des étagères (mais ma sœur n'a plus de place sur ses étagères) et  c'est passionnant. J'aurai aussi pu offrir Fragments à mon psy, parce que l'icône s'adonne à l'auto-analyse dans une lettre au psychanalyste Ralph Greenson et c'est assez fascinant. (Mais avec ce que je paye mon psy, je pense qu'il peut se l'offrir lui-même).

Pour mon frère Jérémie (17 ans. Presque 18 préciserait-il)

claude_ponti.jpgJérémie n'aime pas lire, vous avouerez que ça complique la chose. Mais comme je suis obstinée, depuis 17 ans qu'on se connaît, je n'ai toujours pas renoncé à l'idée que ça viendrait un jour.

Il y a l'option BD. Il y a beaucoup d'images, mais aussi quelques mots, donc on y gagne tous les deux. J'aimerais bien lui offrir Largo Winch (pour le lui piquer après), mais il est plutôt manga. Du coup j'ai pensé à Quartier Lointain - qui certes date d'il y a un bon moment, mais la sortie de l'adaptation au cinéma de Sam Garbarski est l'occasion de redécouvrir l'œuvre de Jirō Taniguchi, et la transposition d'un cinquantenaire dans la peau pubère de ses quatorze ans. Une sorte de 17 ans encore en manga - et réussi.

J'ai aussi l'option «et si on faisait comme s'il n'avait pas grandi?». C'est une option que mon père a utilisée très longtemps pour nous offrir des livres dont nous avions passé l'âge, mais qu'il voulait acheter quand-même (parce que lui-même voulait les lire). Il nous a offert des Tomi Ungerer jusqu'à l'adolescence comme ça. (Confessions pré-Noël: à 15 ans j'ai donc reçu Otto, et j'étais bien contente).

Donc si je prétends que Jérémie n'a toujours pas 16 ans, je peux lui offrir Sœurs et Frères, de Claude Ponti. «Les soeurs et frè­res, si on les adôôôre, restent soeurs et frères pour toujours et pour toute la vie. De même si on les déteste, les soeurs et frères forment un groupe qu'on appelle la sorofrèrerie». C'est Claude Ponti qui le dit, dans son livre toujours plein de mots merveilleux, et de dessins merveilleux, et d'idées merveilleuses qui font que je vais pencher pour cette dernière option. J'expliquerai à Jérémie que c'est un message d'amour, pour lui dire que nous formons une sorofrèrerie qui n'a pas d'âge et ne vieillit pas. Mon frère a presque 17 ans mais il aime les messages d'amour.

Et pour me faire pardonner, je lui commanderai  le tome 7 de L'apprenti-épouvanteur, intitulé Le cauchemar de l'épouvanteur, de Joseph Delaney. Seul écrivain dont il connaît le nom, parce que «t'as vu, c'est trop bien, c'est ça qu'on devrait lire à l'école à la place de Balzac et tous ces trucs pourris». Mais comme le père Noël est de mon côté, Le cauchemar de l'épouvanteur ne sort qu'en janvier.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu